Présentation

24092011

Bonjour à toutes et à tous,

En quelques mots, mon projet…

Amateur d’Actualité au sens large, de la politique à l’économie, jusqu’au social, en passant par le management (étudiant en gestion d’entreprise oblige…), le sport, parfois par la littérature, le cinéma et la musique, j’envisage à travers ce blog de vous faire découvrir mon univers culturel.

Peut-être que mon éclectisme vous intéressera, en tout cas je l’espère, mais si par malheur ce n’est pas le cas, Internet regorge de sites/blogs en tous genres qui satisferont vos appétits gargantuesques !

Je commenterai donc cette actualité, donnerai mon avis en essayant d’argumenter mes propos avec clarté.

Ceci doit être un blog VIVANT (j’aime ce qualificatif !), donc n’hésitez pas à contredire, apporter des précisions, donner votre avis sur mon travail…

Sur ce, bonne(s) visite(s) !




L’écho palestinien

25092011

Vendredi 23 septembre 2011, Mahmoud Abbas prononçait un discours inédit devant l’ONU. Son objectif : l’adhésion de la Palestine dans les rangs des Nations-Unis. Penchons-nous sur les implications et les conséquences d’un tel acte.

S’en remettre à l’ONU. Telle est la volonté d’Abbas. Comme deux enfants qui se chamaillent, c’est toujours l’intervention d’un acteur tiers avec une autorité légitime qui permet à la situation de sortir de l’enlisement. En ce sens, le président de l’OLP est lucide : après des années de négociations bi-latérales sans effet, donner les clefs du conflit à une puissance diplomatique multi-latérale me semble cohérent.

En 1947, l’ONU préconisait le partage de la Palestine en deux Etats, l’un juif, l’autre arabe, avec une union économique entre les deux. Autrement dit, deux peuples, deux Etats.
Or aujourd’hui, quelle est la situation ? Deux peuples, un Etat. Un occupant, un occupé.

En 1993, les accords d’Oslo prévoyait la création en Cisjordanie et à Gaza d’une Autorité palestienne à laquelle serait transférés des pouvoirs tels que l’éducation, la santé, une force de police, une autonomie donc. Bonne initiative, aucun résultat.

En définitive, la véritable problématique de ce conflit ne réside pas dans la prise de décision mais bien dans l’application des décisions.

Faute de moyens, les acteurs des Nations-Unies proposent des décisions à la marge qui relèvent d’une fuite en avant. La Palestine, « Etat observateur » propose notre Sarko national. Admettons.
Election en 2012 oblige, Obama ne peut pas bouger.
Union Européenne : crise de l’euro.

Vous l’aurez compris, je suis assez pessimiste quant à l’issue de ce conflit à court terme. Les dirigeants influents sont pieds et poings liés, englués dans leurs querelles nationales.
Mais ne perdons pas espoir. Ce cri du cœur formulé par le peuple palestinien est entendu. Aujourd’hui, le timing n’est pas propice à une résolution efficace (j’admets mon cynisme). Mais demain, après la crise, après les différentes élections, l’écho palestinien pourrait bien être écouté.




Apollo

24092011

« Depuis la Lune, on peut cacher la Terre avec son pouce, c’est dire si nous sommes insignifiants »
Un astronaute après une mission Apollo

Toute notre vie, nos soucis, nos amis derrière un seul petit pouce…
Mais quelle jouissance d’avoir la capacité d’en être conscient !




In varietate concordia

24092011

M. Victor Hugo se lève et dit :

« Un jour viendra où la France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne, absolument comme la Normandie, la Bretagne, la Bourgogne, la Lorraine, l’Alsace, toutes nos provinces, se sont fondues dans la France […] » (Applaudissements)

Victor Hugo, discours d’ouverture du congrès de la paix – 21 août 1849.

C’était il y a 162 ans… Deux fois l’âge de ma grand-mère ! Blague à part, ce repère temporel démontre à quel point le processus européen est long. En effet, ce discours était pertinent à l’époque d’Hugo mais, malheureusement, il l’est toujours autant aujourd’hui. Et pourtant ! Entre temps, il y a quand même eu les travaux des pères fondateurs, la CECA, la CEE, l’UE, etc. Oui mais voilà, l’Europe a aussi été frappée par deux guerres mondiales.

L’Europe est lente oui, elle est donc aussi complexe. Permettez-moi l’expression, avec l’Europe « on marche sur des œufs ». Victor Hugo voulait d’une Europe à l’Américaine, des « Etats-Unis d’Europe » espérait-il. Je ne suis pas d’accord. Selon moi, il faut une « Europe européenne ». L’Europe est particulière, elle est paradoxale, faite de guerres, de haine parfois mais aussi de paix et d’espérance, aucune comparaison ne serait fondée.

Aujourd’hui, l’Europe est en guerre économique, laissons-lui le temps d’y faire face, le processus européen est en marche, reculer serait capituler. Ces difficultés sonnent comme une alerte. C’est comme si Jean Monnet lançait l’appel « Mes fils européens, faites nous l’Europe politique », et que Sarkozy et Merkel lui répondaient, d’un ton solennel, lors d’un discours pour l’Europe : « Nous allons prophétiser le vœu de Victor Hugo », sous un tonnerre d’applaudissements.




24092011

« Imaginez que mon esprit soit un taxi et que soudain vous vous retrouvez à l’intérieur »
Richard Brautignan







appleshoes |
CGT Association Rénovation |
MesMots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Conserver notre cadre de vi...
| Y'en a MARRE !!!!!!!!
| Manger!...Manger!